HISTOIRE D’UNE REUSSITE SUR LE CANCER – MIKE SKWAREK

Home/Non classé/HISTOIRE D’UNE REUSSITE SUR LE CANCER – MIKE SKWAREK

Je voudrais vous laisser avec les encouragements et les inspirations de « l’histoire d’une réussite sur le cancer » de Mike Skwarek, qui a été diagnostiqué avec un carcinome spinocellulaire métastatique en phase 4. Après avoir été suivre une cure au Mexique, à la clinique médicale New Hope, il est maintenant libéré du cancer et est de retour au travail dans son emploi de construction. Louange à Dieu.

« Comme nous avions ôté les ‘mauvaises herbes’ situées au travers de notre chemin (toutes les options relatives aux cliniques du cancer), quelque chose de juste nous a ramené à New Hope Medical Center. (Le Guidage Divin) Larry O’Toole notre contact téléphonique pour New Hope a été réconfortant, et il nous a donné confiance dans le programme. En raison d’un manque de communication nous n’avions pas réalisé que nous allions vers le Mexique, et ce jusqu’à moins de 2 semaines avant le départ. Alors qu’il faut 6 à 8 semaines pour obtenir un passeport. Avec une lettre de la Dre. Branyon et un trajet à Detroit, nous avons pu obtenir des passeports d’urgence médicale le même jour. Ainsi nous avons découvert qu’ils avaient déménagé au Mexique ; j’ai un peu penché vers les cliniques situées au Mexique, depuis le début, grâce à la liberté des thérapies. Donc aussi stressant que cela puisse être avec les informations de dernière minute, nous avons senti que Dieu nous montrait que nous faisions le bon choix, nous étions heureux.

Le 28 janvier nous nous sommes envolés à destination de Phoenix et sommes allés jusqu’à Doubletree afin de rencontrer la Dre. Branyon dans la matinée. La Dre. Branyon est une dame très menue avec un grand coeur et nous partîmes vers le Mexique. Une heure après que nous soyons « briefés » par le médecin au sujet de l’ensemble du processus. Nous avions eu tout juste l’occasion de nous rencontrer et notre conversation fut limitée aux questions médicales, lorsque le Seigneur est intervenu de nouveau. Comme nous conduisions vers le sud, sur la route, vers la frontière, avec une voiture qui portait une plaque indiquant ‘ILUVGOD’ (I Love God), je l’ai signalé et cela est immédiatement devenu une ouverture de sujet pour la Dre. Branyon, et pour passer de la conversation ‘professionnelle’ à celle de la FOI. Nous y sommes passés immédiatement, dans le calme, et la paix est venue pour nous tous dans le véhicule, surtout pour ma femme et pour moi, qui jusqu’à présent avions été quelque peu stressés. La Dre. Branyon a pu nous relater sa spiritualité qui a été partagée par nous, et cela a ouvert une toute nouvelle relation. Elle a souligné qu’elle accueille tous les types de personnes, jusqu’à des athées, et qu’elle a toujours pour objectif de maintenir ce qu’elle dit au début.

A la frontière nous nous sommes arrêtés du côté des États-Unis afin d’attendre que quelqu’un de l’hôpital nous fasse traverser. Nous avons vu le Dr. Edgar Payon (l’administrateur de l’hôpital) et nous avons roulé avec lui. À l’hôpital, il n’y a pas de créneaux, pas d’attente, pas de protocole, et ils nous ont conduit tout droit à notre chambre. J’avais envoyé certains de mes documents de diagnostic à l’avance et ils ont déterminé qu’ils pouvaient m’aider à partir de cela. Nous avons rencontré certains membres du personnel, et presque immédiatement j’ai commencé la cure sur une base de vitamines et de minéraux par voie IV. Le Dr. Payan et la Dre. Branyon sont venus nous expliquer brièvement ce à quoi nous pouvions nous attendre et la Dre. Branyon se dirigea vers Phoenix. Le lendemain j’ai été admis pour une chirurgie (31/1/11) – chirurgie qui a duré plus longtemps que prévu (environ 6 heures au total) jusqu’à ce que je me réveille.

Ils ont dit que l’opération fut un succès et que 100% de la tumeur a été enlevée. La chirurgie s’est avérée être un peu grande avec tous les signes vitaux inclus dans ce domaine. J’ai un certain engourdissement du côté gauche du visage et du cou qui affectent mes paroles, ils disent que cela disparaîtra à la longue. Linda est ravie d’avoir vu la bosse partir, elle était en moi depuis 28 mois.


Je suis resté à l’hôpital jusqu’au 09/2/11. Pendant ce temps, j’ai été soumis à des soins constants et j’ai reçu diverses thérapies immunitaires visant à améliorer notamment l’oxygène hyperbare, la chaleur infrarouge, l’ozone, l’ozone avec le rayonnement du sang à la lumière UV, la détoxification, la laetrile, la vitamine C par IV, le bicarbonate de soude par IV, l’injection de diverses vitamines et minéraux par IV, le thymus, l’oxygène, l’analyse par ordinateur avec des gouttes homéopathiques (Asyra), et une variété de boissons multiples y compris les suppléments liquides journaliers. Avec aussi ce qu’ils ont appelé la thérapie énergétique de la cellule, ils retirent un peu de sang (une poche) ajoutent quelques facteurs de croissance, mettent ceci en culture, et le lendemain ils réinjectent tout cela en vous. Ils ont également mis au point un vaccin contre le cancer, élaboré à partir de votre propre sang, que je vais recevoir sous peu (cela prend 2 semaines pour le faire), il y a 16 semaines, 1 par semaine et ils vous l’injecte, c’est un peu semblable au cas d’un diabétique. J’ai reçu un couple d’injections de cellules souches durant mon dernier jour, qui devraient aider mon engourdissement et pour la guérison de beaucoup d’autres choses. Les cellules souches sont le principal objectif de la Dre. Branyon à l’heure actuelle, et elle est très bien informée sur la recherche en cours à ce sujet, au Mexique et à Panama. Les cellules souches sont obtenues à partir des cordons ombilicaux et je crois qu’elle a dit il y avait 16 variétés différentes de traitements, y compris le cancer.

Vous pouvez voir pourquoi ils se sont sentis obligés de déplacer leur clinique au Mexique, avec tout ce qu’ils peuvent y proposer. Il y avait aussi quelques histoires à propos de la FDA, que la Dre. Branyon pourrait partager avec vous, elle est tout à fait disposée à passer le mot sur les traitements disponibles. Il n’existe aucun moyen de décrire comment se passe la bienvenue et à quel point le personnel met à l’aise et nous fait se sentir bien. Le Dr. Payan est un grand homme avec une exceptionnelle compassion, dont vous pouvez sentir le cœur à travers ses yeux quand il vous parle. Lui et les chirurgiens se connaissent depuis l’enfance, et son père a commencé à l’hôpital. Il s’agit d’une petite place, mais étonnante et j’ai été traité si bien que j’étais triste de partir. L’expérience a causé notre foi de croître et nous sommes reconnaissants à Dieu de nous avoir donné cette occasion. Je me sens bien et je suis sur la voie de la guérison complète.

Nous avons fait de nouveaux amis pour la vie et avons ouvert les yeux sur la réalité du Mexique, qui est chaleureux, avec des gens aimables, c’est une image complètement différente de la perception qui a été créée ici par nos médias.

 

Sincèrement, Mike« 

avril 28th, 2011|

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.