L’Histoire de la Vitamine B17 (Laetrile)

Home/Non classé/L’Histoire de la Vitamine B17 (Laetrile)

Dans les années 1940, le Dr. Ernst T. Krebs, Sr. et son fils (le Dr E.T. Krebs, Jr.) ont publié un document intitulé « La Thèse Unitaire ou Trophoblaste du Cancer », dans le Medical Record, de New York. Dans les années qui ont suivi, l’équipe formée par le père et le fils firent des recherches sur les co-enzymes et sur la possibilité que le cancer pourrait résulter d’une carence en vitamines. Dans le début des années 1950, ils émirent l’hypothèse que le cancer est causé par l’absence d’un composé alimentaire essentiel, manquant dans l’alimentation moderne de l’homme, identifié comme faisant partie de la famille des nitrilosides, qui se trouve dans plus de 1200 plantes comestibles. Ils apprirent, l’existence du royaume des Hunzas, dans les montagnes Himalayennes situées au nord du Pakistan, et où il était dit que ce peuple vivait « sans cancer ».

Les Docteurs Krebs savaient qu’ils mangeaient de grandes quantités d’abricots, mais ils ne croyaient pas que le fruit contenait des substances pouvant lutter contre le cancer … jusqu’à ce qu’ils ont apprennent que les Hunzakuts mangent également les semences contenues dans les noyaux d’abricot, qui sont riches en nitrilosides ! Les nitrilosides sont particulièrement répandues dans les graines d’abricots, les pêches, les pommes, le millet, les fèves germées, le sarrasin, et aussi dans d’autres fruits et noix, y compris les amandes amères. Les Dr. Krebs ont pu extraire certains glycosides des plantes qui contenaient les nitrolosides, et finalement, ont effectué une demande de brevet pour le procédé de production du métabolite formé par ces glycosides, en vue d’une utilisation clinique. Il nomma ceci « Laetrile ».

Il a fallu plusieurs années, et la réalité des essais cliniques effectués à travers le monde, avant qu’un modèle ne soit proposé afin de rationaliser l’utilité de la Laetrile dans la prévention, ainsi que pour le traitement du cancer, après tout ce temps, le nom de « vitamine B17 » fut reçu. Les Hunzakuts consomment entre 100-200 fois plus de B17 dans leur alimentation, que l’Américain moyen, en raison principalement du fait de manger les graines d’abricots, et aussi beaucoup de millet. Fait intéressant, l’argent n’existe pas, au Hunza. La richesse d’un homme se mesure par le nombre d’abricotiers qu’il détient. Et la nourriture la plus convoitée est la semence contenue dans les noyaux d’abricot, l’une des plus importantes sources de B17 sur la Terre. Les équipes visiteuses de médecins ont trouvé les Hunzacuts exempts de cancer. L’une des premières équipes médicales chargée d’étudier les Hunza, était dirigée par le chirurgien britannique de renommée mondiale, le Dr. Robert McCarrison. Écrivant dans le Journal AMA, du 7 janvier 1922, il a indiqua : « Les Hunza n’ont pas d’incidence connue avec le cancer. Ils bénéficient d’une abondante récolte d’abricots. Ils les sèchent sous le soleil, et les utilisent en grande partie dans leur alimentation ».

Mais pourquoi n’avez-vous pas entendu parler de la vitamine B17 ? Cela semble si simple ! Eh bien, la vérité sur cette question, c’est que l’Industrie du Cancer a supprimé cette information et a même ordonné le fait qu’il soit illégal de vendre la B17. La Mafia Médicale a monté avec grand succès, des campagnes «effrayantes», basées sur le fait que la vitamine B17 contient des quantités «meurtrières» de cyanure. Ceci est manifestement faux. Des études montrent que la vitamine B17 est inoffensive pour les tissus sains.

Voici pourquoi : chaque molécule de B17 contient une unité de cyanure d’hydrogène, une unité de benzaldéhyde et deux unités de glucose (sucre) bien verrouillés ensemble. Pour que le cyanure d’hydrogène devienne dangereux, il faut d’abord nécessairement déverrouiller la molécule qui le libérera, une astuce qui ne peut être effectuée que par une enzyme appelée bêta-glucosidase, qui n’est présente partout dans le corps humain, qu’en quantités infimes, mais par contre, en grande quantité dans un seul endroit : les cellules cancéreuses.

Ainsi, le cyanure d’hydrogène n’est déverrouillé que sur le site où se trouve le cancer, et ce, avec des résultats radicaux, qui deviennent tout à fait dévastateurs pour les cellules cancéreuses, puisque l’unité de benzaldéhyde se déverrouille en même temps. Les cellules cancéreuses obtiennent un double coup, à la fois de cyanure et de benzaldeyhde ! Le benzaldéhyde est un poison mortel en lui-même, mais quand il fait équipe avec le cyanure, le résultat en fait un poison 100 fois plus mortel que lorsqu’il agit seul. Les cellules cancéreuses sont littéralement oblitérées !

Mais tout ceci n’est-il pas sans danger pour le reste des cellules du corps ? Un autre enzyme, le rhodanese, toujours présent en quantités beaucoup plus imortantes que l’enzyme de déverrouillage beta-glucosidase dans les tissus sains, a la capacité de dégrader entièrement, à la fois le cyanure, et le benzaldéhyde, en thiocyanate (une substance inoffensive), et en salicylate (qui est un tueur de douleur semblable à l’aspirine). Fait intéressant, les cellules cancéreuses malignes ne contiennent pas de rhodanese du tout, ce qui les laisse complètement à la merci des deux poisons mortels. Tout ce processus est connu sous le nom de toxicité sélective, puisque seules les cellules cancéreuses sont spécifiquement ciblées et détruites.

Les centaines d’études cliniques menées par de nombreux médecins compétents dans le monde entier, y compris celles qui sont dirigées par le Dr. Ernesto Contreras à l’Oasis of Hope Hospital au Mexique, nous donnent toute confiance, que le traitement avec la thérapie B17 ne présente aucun danger pour les cellules normales. Ce sont de mauvaises nouvelles pour l’Industrie du Cancer. Les graines d’abricots ne sont pas chères … vraiment pas chères … pas aussi coûteuses que leur dernier cocktail médicamenteux de chimiothérapie.

‘‘J’ôtais les pépins et jetais les pommes. Maman récupérait les pommes de la corbeille et cuisinait des tartes’’.
~ Jason Vale

Mon ami, Jason Vale, a écopé d’une condamnation à mort par ses médecins, dans le milieu des années 1990, lorsqu’on a découvert qu’il avait un cancer en phase « terminale ». Il a appris, grâce à des recherches approfondies, que les gens qui avaient un cancer, découvraient des propriétés curatives dans les pépins de pommes et les noyaux d’abricots, lesquels, comme je l’ai mentionné ci-dessus, contiennent de grandes quantités de vitamine B17.

Jason a immédiatement commencé à se sentir mieux, en mangeant des pépins de pommes et des noyaux d’abricots, dans le cadre de son régime alimentaire quotidien. Dans un court laps de temps, le cancer de Jason a littéralement disparu. Lorsque l’histoire « Extraordinaire » de Jason fut diffusée à la télévision nationale, dans le milieu des années 1990, cela à provoqué une audience si grande que le même reportage a été diffusé une deuxième fois, la semaine suivante.

L’enthousiasme des spectateurs fut si grand que Jason se retrouva inondé d’appels téléphoniques, provenant de personnes résidant dans tout le pays. Au cours des années suivantes, Jason a littéralement aidé des milliers de gens, à traiter avec succès leur cancer, en consommant des semences de noyaux d’abricot.

Jason fut victime d’une opération coup de poing de « Gestapo », décidée par la FDA, il a été condamné le 18 juin 2004, à soixante-trois mois de prison et trois ans de liberté surveillée, par un tribunal de district des États-Unis dans le District Est de New York. Son crime ? La vente de graines d’abricot sur son site web, et de dire aux gens la VERITE sur leurs propriétés curatives. Bienvenue au « pays de la liberté et dans la patrie des braves ».

Après avoir purgé près de quatre ans de prison, Jason a été libéré de la maison d’arrêt au début de 2008. Le site web de Jason est www.ApricotsfromGod.info.

Ty Bollinger

Remarque importante: Je ne suis pas un médecin. Tout le contenu de cette lettre d’information est un commentaire ou une opinion et est protégé en vertu des lois sur la liberté d’expression dans tout le monde civilisé. Les informations contenues dans ce document sont destinées à des fins éducatives seulement. Il n’est pas conçu comme un substitut pour le diagnostic, le traitement ou les conseils d’un professionnel agréé qualifié. Les faits présentés sur ce site et dans le livre sont offerts à titre d’information uniquement, ce ne sont pas des conseils médicaux, et en aucune façon on ne devrait considérer que je suis pratiquant en médecine. Un effort délibéré a été fait pour que les informations présentes soient à la fois exactes et véridiques. Cependant, je n’assume aucune responsabilité pour les éventuelles inexactitudes dans mon matériel de source, pas plus que je assume la responsabilité de la façon dont ce matériel est utilisé. Toute déclaration concernant les traitements alternatifs pour le cancer n’a pas été évaluée par la FDA.

9 Commentaires

  1. Éric G. Delfosse 5 novembre 2012 at 20 h 32 min - Reply

    J’en avais entendu parler.
    Mais, bon, j’avoue que j’ai toujours eu peur de conseiller des machins « potentiellement dangereux » (oui, la crainte du cyanure…).
    Mais…
    Si jamais je chopais un bon petit cancer, j’avoue que je pense que je n’hésiterais pas à tester le produit sur moi-même !

    Ceci dit, il n’y a pas que dans les noyaux d’abricot qu’on trouve cette Vit B17 si décriée…
    Oui, il y en a aussi dans les pépins de pommes, mais aussi dans les noix de cajou, par exemple, ou dans la levure de bière, et je ne sais plus dans quoi…

    Mais, bon, je n’ai pas envie de choper un cancer juste pour tester !

  2. Claude Gélinas 4 septembre 2013 at 1 h 35 min - Reply

    Une véritable inspiration — je ne mangeais pas les pépins de pomme mais je vais le faire, désormais.

    Merci pour cette information vitale.

  3. Yves Legault 28 septembre 2013 at 19 h 17 min - Reply

    Curieux!
    Dans notre société:
    – Seul un ordre professionnel peut juger du professionnalisme d’un de ses membres.
    – Seul un ordre professionnel peut définir ce qui est ou n’est pas permis de faire pour un de ses membres.
    – Mais… Un ordre professionnel ne peut jamais demander à un de ses membres de rembourser un client lésé!

    Ben quoi!
    Le membre paye pour être membre de son ordre professionnel.
    Donc, L’ordre professionnel défendra toujours ses intérêts et ceux de ses membres fidèles, même si c’est contre l’intérêt public!

    Bref, les ordres professionnels sont exclusivement au service de leurs propres intérêts financiers et ceux de leurs membres! Jamais les intérêts du public sont pris en compte!

    Seul compte la crédibilité du public pour ces ordres professionnels.

    Les associations médicales sont les pires! Ils capitalisent sur la maladie.

    Morris Fishbein, à lui seul, est probablement responsable de plus de 8,000,000 de mort par ans depuis au moins 1930… Cette année, le total est rendu au delà de 660,000,000 de morts douloureuses et inutiles.

  4. Thib 25 février 2014 at 23 h 05 min - Reply

    C’est possible d’avoir de vraies sources ? Je les ai cherchées ces « études », et rien à faire, introuvables.
    En tous cas tout ceci révèle une profonde méconnaissance de la complexité du cancer (qui n’est pas unique puisqu’on parle de multitudes de cancers en réalité).
    De mon côté, voilà ce que j’ai pu trouver dans une vieille publication de 1984, moment où le cas « laetrile » était déjà bien connu, visiblement. Voici le titre « Vitamins and cancer prevention: issues and dilemmas. » publiée par young et Newberne dans la revue Cancer. (Afin que vous puissiez le consulter par vous-mêmes). Je cite le passage concernant la laetrile, je ne peux pas partager toutes les références mises en lien (numérotées), donc à vous de faire vos recherches en partant de la publication, tout y est référencé (les sources sont indispensables en sciences, pas de sources, pas de crédibilité).
    Je cite : »The “Fake” Vitamins
    As stated earlier, cancer quackery includes dietary regimens, and this encompasses promotion of substances that are stated to be vitamins in human nutrition and alleged to provide a “cure” for cancers. Among these compounds are laetrile and pangamic acid. As shown in Figure 7, these have been the topic of two popular but not-to-be-recommended books that
    we purchased recently at a major bookstore that serves the private and university community in the Cambridge area. Neither substance is a vitamin, according to the accepted definition discussed earlier; nor are they
    effective in the prevention or treatment of cancers or any other condition. (18, 20, 23,24)
    Briefly, laetrile, sometimes called vitamin B,, by proponents, is a cyanogenic glucoside, consisting glucose, benzaldehyde, and cyanide. It is present the its of peaches, apricots, bitter almonds, and other plant material. This substance has caused death in a number of recently documented cases,(23) and the laetriles have long been known to be poisonous. Claims of its efficacy as a cancer “cure” are based on anecdotal evidence that lacks scientific support.
    The rationale for its use, namely, the selective release of lethal amounts of hydrocyanic acid tumor cells, is spurious.’” Furthermore, Herber(23) has presented evidence that laetriles may actually cause cancer. In vitro and in ri\w testing in animal tumor systems have shown that amygdalin is entirely devoid of anticancer activity.(23) »
    Voilà pour vous un début de piste sérieux. Si vous voulez approfondir, consultez la publication, et les sources citées. Si vous recherchez des sources plus récentes, je vous recommande très fortement PubMed, une gigantesque base de données où toutes les publications scientifiques sont publiées (gratuitement ou non), les chercheurs du monde entier s’en servent, c’est le moyen le plus sûr et fiable de trouver ce que l’on cherche, même s’il faut toujours avoir un oeil critique.
    Voilà, j’espère ne pas avoir perdu mon temps, c’est dans le but d’ouvrir au débat, de lutter contre certains « vendeurs de rêves », qui aiment à croire que le monde est malsain, entièrement corrompu, que ce sont toujours les grandes industries les méchantes, et les petits les gentils. Parfois, c’est le contraire. Rien n’est tout noir ou tout blanc. Tout n’est pas à jeter dans ce monde, certains essaient de le garder de la corruption, mais aussi de la paranoïa.
    Et non, je ne fais pas partie de l’industrie pharmaceutique, tentant de la défendre coûte que coûte. Je suis biologiste. Et vu le salaire de misère d’un biologiste, n’osez même pas croire que l’on agisse par intérêt, la connaissance avant tout ! Ne jamais croire, toujours vérifier et juger par soi-même.

    • Orion 20 octobre 2014 at 8 h 27 min - Reply

      Question combien rapporte les ventes de de médicaments pour la chimio au laboratoires pharmaceutiques ?
      Plusieurs milliards?
      plusieurs centaines de milliards?
      Croyez moi si j’étais l’un des dirigeants de sociétés j’aurai tout intérêt a ce que les bien faits d’un traitement gratuit soit le plus discriminé possible

  5. lekiend 27 février 2014 at 8 h 20 min - Reply

    Bonjour Thib,
    Ty Bollinger, l’auteur du livre ne parle malheureusement pas Français.
    Vous trouverez ci-dessus quelques extraits de son livre sur la Laetrile.

    En espérant que ceux-ci répondent à vos questions:

    Page 50: Il s’est avéré que le scientifique, le Dr. Kanematsu Sugiura, avait à plusieurs reprises obtenu des résultats positifs sur la diminution des tumeurs chez la souris, avec l’étude d’une substance naturelle appelée ‘amygdaline’ (Vous en avez entendu aussi parler sous le nom de «laetrile»).

    Page 171:
    Dans les années 1940, le Dr. Ernst T. Krebs Sr., son fils (le Dr. E.T. Krebs, Jr.), et d’autres médecins, ont effectué des recherches sur la thèse de Beard, (théorie trophoblaste du cancer), et ils ont affirmé qu’elle était correcte. En 1949, l’aîné Krebs a écrit un article sur la grossesse toxemias, décrivant le rôle du pancréas et du trophoblaste dans ces troubles. L’année suivante, le Dr. Krebs et son fils ont publié un document ‘La Thèse Unitarienne ou Trophoblastique du Cancer’, dans le Medical Record de New York.
    …..
    Les nitrilosides sont particulièrement répandues dans les graines d’abricots, les pêches, les pommes, le millet, les germes de haricot, le sarrasin, et dans d’autres fruits et noix, y compris les amandes amères. Le Dr. Krebs a été en mesure d’extraire certains glycosides à partir de plantes qui contenaient des nitrolosides, et finalement, il a déposé une demande de brevet pour le processus de production d’une forme de métabolite de ces glycosides pour l’utilisation clinique. Il l’a nommé « Laetrile ». (LAE-vo-MandeloniTRILE-bêta-glucuronoside).
    Il a fallu plusieurs années et des essais cliniques réels partout dans le monde, avant qu’un modèle n’ait été proposé, de rationaliser l’utilité de la Laetrile dans la prévention, ainsi que le dans le traitement du cancer, lorsqu’il a reçu le nom de «Vitamine B17».

    Le Dr. Lloyd Schloen, biochimiste à la Sloan-Kettering, a également fait des essais sur la laetrile, mais il avait également fait des injections d’enzymes protéolytiques et a signalé un taux de guérison de 100% parmi ses souris albinos.

    Page 229:
    Un prodigieux combattant du cancer est l’herbe de blé (ou jus d’agropyre). Selon Webster Kehr, « Si nous regardons l’oxygène comme une balle pour tuer les cellules cancéreuses, alors nous devrions examiner l’agropyre comme étant un coup de fusil en tant que traitement du cancer. Le nombre de moyens qu’il utilise pour traiter le cancer est incroyable. Tout d’abord il contient de la chlorophylle, qui a presque la même structure moléculaire que l’hémoglobine. La chlorophylle augmente la production d’hémoglobine, ce qui signifie que plus d’oxygène arrive au cancer. Le sélénium et la laetrile sont également présents dans l’agropyre, les deux sont anticancéreux. La chlorophylle et le sélénium aident également à renforcer le système immunitaire. En outre, l’agropyre est l’un des aliments les plus alcalins connus de l’humanité. Et la liste continue ». Les effets du jus d’herbe de blé ont été démontrés et reconnus dans le nettoyage du système lymphatique, et dans le rétablissement de l’équilibre du pH à bien reconstruire le sang et à éliminer les métaux toxiques à partir des cellules.

  6. OLIVIERI Bernard 25 février 2015 at 14 h 41 min - Reply

    Quel est le prix de votre livre électronique ???
    Il n’est pas mentionné ! Merci.

    • lekiend 25 février 2015 at 16 h 54 min - Reply

      Bonjour,
      le prix est de 20,97 € + TVA de votre Pays
      Bien à vous

  7. Jean 6 juin 2017 at 10 h 19 min - Reply

    Enfants on cassait avec un marteaux les noyaux des abricots pour les manger en cachette et en grande quantité, ils étaient amers mais nous le faisions et nous n’avons jamais senti un empoisonnement?

Laisser un commentaire

*