Traitements contre la contamination nucléaire

Home/Non classé/Traitements contre la contamination nucléaire

Tout d’abord, permettez-moi d’indiquer que mes prières vont à tous ceux, qui, au Japon, ont été sinistrés par l’accident nucléaire, le tremblement de terre et le tsunami. Malheureusement, les conséquences de cette catastrophe nucléaire de Fukushima vont faire minimiser celle de Tchernobyl. Le gouvernement Japonais a à gérer une catastrophe nucléaire de niveau 7, et ce depuis près d’une semaine, mais ils ne l’admettront pas. Sauf si vous êtes un bouffon comme Ann Coulter (qui pense que les radiations sont bonnes pour vous), vous êtes probablement, au moins, un peu préoccupé par les retombées nucléaires qui proviennent de cette direction. Initialement, j’avais prévu de démarrer de zéro, afin de rédiger mon propre résumé à propos des meilleurs traitements contre la contamination nucléaire (c. à d. les radiations). J’ai donc commencé, jusqu’à ce que je découvre cet article écrit par le Dr. Mark Sircus, OMD, directeur de l’Association Médicale Internationale Véritas (IMVA). Le Dr. Sircus est un écrivain très prolifique ainsi que courageux, et il est un pionnier dans le domaine de la détoxification ainsi que dans la chélation naturelle des produits chimiques toxiques et des métaux lourds. Sa somme des traitements contre la contamination nucléaire est excellente et tous sont souverains dans l’essentiel. L’article complet est présent ci-dessous.

« Il est trop tôt pour appeler tout le monde en Amérique du Nord à se préparer à un rayonnement dû à des particules radioactives provenant du nuage généré par l’accident au Japon. Selon les médias et le gouvernement, l’Amérique n’est pas à risque à propos des retombées radioactives du récent accident nucléaire Japonais survenu sur plusieurs réacteurs, mais cela pourrait changer car le suspens est de mise dans la course contre la montre des autorités, pour lutter contre la menace de plusieurs effondrements des réacteurs nucléaires. Les exploitants des centrales nucléaires travaillent frénétiquement pour tenter de maintenir les températures dans plusieurs réacteurs paralysés par le séisme et le tsunami, dont au moins deux sont détruits par le déversement d’eau de mer qui est intervenu dans ces efforts de la dernière chance pour éviter les effondrements.

Maintenant, quelques heures seulement après la rédaction du paragraphe figurant ci-dessus nous obtenons un rapport paru dans le New York Times qui indique que même dans le cadre du meilleur des scénarios, comprenant les rejets radioactifs de la vapeur à partir des sites de production paralysés, ces rejets pourraient continuer pendant des semaines, des mois, voire des années. Donc, nous devons nous y préparer. « Les responsables du Pentagone ont rapporté dimanche que des hélicoptères volant à 60 miles de l’usine ont recueilli de petites quantités de particules radioactives – encore en cours d’analyse, mais qui sont présumées comprendre du Césium-137 et de l’Iode-121 – suggérant l’élargissement de la contamination de l’environnement. Davantage de vapeur libérée veut également dire que le panache dirigé à travers le Pacifique pourrait continuer à croître « , a imprimé le Times.

La catastrophe est un rappel que les préparatifs doivent notamment être assurés contre des événements nucléaires, et ce avec des aliments et produits médicinaux présents dans nos cabinets médicaux qui nous protégeront, nous et nos familles autant qu’il est humainement et médicalement possible. Beaucoup de gens au Japon et ailleurs dans le monde qui vivent et travaillent à proximité de centrales nucléaires seront sérieusement affectés par des accidents nucléaires. Quand une crise se produit, les effets peuvent être transportés sur des milliers de miles par les vents dominants.

On ne sait pas dans quelle mesure l’impact d’une fusion pourrait aboutir. Aux États-Unis, les collectivités locales planifient pour l’évacuation, généralement dans les 10 miles d’une centrale nucléaire. Toutefois, les États doivent être prêts à faire face à la contamination des aliments et de l’eau jusqu’à 50 miles. Quand il s’agit de risques et de niveaux d’exposition toxique, nous pouvons compter sur les représentants du gouvernement et sur les officiels médicaux pour sous-estimer la menace. C’est quelque chose de conséquent dans leur approche, à tous les types d’expositions aux produits toxiques.

En plus d’avoir de l’iode à portée de main pour les urgences, nous pouvons prévoir (et, à l’heure actuelle, acheter) des plantes et des aliments qui empêchent le corps de stocker les particules radioactives. Certains de ces aliments et de ces plantes, sont même capables d’éliminer les particules radioactives de notre corps. Comme nous sommes déjà tous affectés par les radiations produites par de nombreuses sources de contamination, la consommation de ces aliments, l’application des protocoles de détoxification et de chélation faits régulièrement constituent une bonne idée.

Si vous avez été exposé à trop de rayons X ou à une tomodensitométrie (CAT scan), si vous volez trop en avion, travaillez sur des équipements de diagnostic médical, ou êtes sensibles à l’environnement, et avez ingéré des niveaux élevés de matières radioactives dans la nourriture, l’air ou l’eau contaminés, vous aussi vous pourrez partager le protocole suivant sur une base régulière.

Le Bicarbonate de Sodium (Bicarbonate de Soude)

L’administration par voie orale de bicarbonate de sodium diminue la gravité des échanges produits par l’uranium dans les reins.

Les reins sont habituellement les premiers organes à montrer les dégâts chimiques lors de l’exposition à l’uranium. Les vieux manuels militaires suggèrent des doses ou des infusions de bicarbonate de sodium afin d’aider à alcaliniser l’urine si cela se produit. Cela rend l’ion uranyle moins toxique pour les reins, et favorise l’excrétion du complexe non toxique de carbonate d’uranium. L’administration orale de bicarbonate de sodium diminue la gravité des changements produits par l’uranium dans les reins. Donc, le bicarbonate de sodium est si utile et puissant qu’au Laboratoire National à Los Alamos, au Nouveau-Mexique, le Chercheur Don York a utilisé le bicarbonate de soude pour nettoyer les sols contaminés par de l’uranium. Le bicarbonate de sodium se lie avec l’uranium, qui le sépare de la terre ; jusqu’à présent, York a retiré jusqu’à 92 pour cent d’uranium à partir d’échantillons de sols contaminés. J’ai commencé à écrire sur le bicarbonate de soude après avoir découvert que l’Armée Américaine recommande l’utilisation du bicarbonate pour protéger les reins des dégâts dus à l’irradiation.

Le bicarbonate de sodium peut retirer en toute sécurité la peinture, la graisse, l’huile et les résidus de fumée, diminuant l’exposition des travailleurs aux produits chimiques durs et éliminer une grande partie des déchets dangereux associés à d’autres nettoyants. « Le bicarbonate de sodium est capable de nettoyer dans les zones où d’autres substances présentent des risques d’incendie, car le bicarbonate de soude est un extincteur naturel », explique Kenneth Colbert, un directeur général chez Arm & Hammer. C’est la raison pour laquelle il est utilisé par des centres d’oncologie pour contrôler les déversements des agents de chimio, et il est effectivement utilisé par voie intraveineuse pour protéger les patients contre la toxicité de la chimiothérapie dangereuse.

« L’uranium est l’un des seuls métaux qui obtiennent une liaison significative à partir du carbonate. Rincez juste avec beaucoup de bicarbonate dans l‘organisme, avec tout ce que les reins supporteront, et que vous allez utiliser, cela sera très utile« , écrit le Dr. Chris Shade. Il n’y a pas de meilleure thérapie pour la maladie des rayons, qu’une prise intense de bicarbonate de sodium (bicarbonate de soude) et les bains de magnésium avec de l’argile appropriée ajoutée. Et même le thiosulfate de sodium peut être ajouté à ces bains, qui neutralise instantanément le chlore dans l’eau du bain, tout en offrant du soufre ; pour les voies essentielles qui requièrent le soufre.

Le Bicarbonate et les retombées nucléaires

Si les bombes commencent à tomber partout sur la planète, ou si vous habitez près d’une centrale nucléaire, vous devrez avoir une grande quantité de bicarbonate de sodium à portée de la main. Les stocks minimum devraient être de 12 ou 25 kilos. Normalement, je recommande à quelqu’un de commencer en utilisant 500 grammes de bicarbonate dans un bain, mais qui pourraient facilement être un kilo ou un kilo et cinq cents grammes dans une situation d’urgence. Ce n’est pas une plaisanterie que l’on puisse obtenir 25 kilos de médicaments, et des plus puissants sur terre, pour 35 Euros. Vous aurez aussi besoin de beaucoup de sels de magnésium, et le meilleur, ainsi que le plus pénétrant d’entre eux est le chlorure de magnésium, sous forme de flocons pour le bain de magnésium. Les sels de la Mer Morte sont aussi très bien pour cette application.

L’exposition aux radiations provoque une cascade de radicaux libres qui causent des ravages sur le corps. Les radiations déciment l’apport du glutathion dans l’organisme.

Lisez s’il vous plaît, mon essai sur la Nébulisation du Glutathion et du Bicarbonate (Annexe 1). La nébulisation est l’un des meilleurs moyens d’augmenter rapidement les niveaux de glutathion, de même que l’utilisation de suppositoires de glutathion. Le risque principal de cancer provient de l’oxyde d’uranium inhalé, ainsi que d’autres particules radioactives en suspension qui sont de minuscules particules insolubles introduites profondément dans les poumons. C’est une bonne raison pour nébuliser à la fois du glutathion et du bicarbonate directement dans les poumons, et on doit se demander pourquoi les gouvernements, ainsi que les autorités sanitaires n’ont pas parrainé ce traitement.

La Dre. Sarah Mayhill, en parlant de l’oxyde d’uranium dit : « Il peut être inhalé par les soldats et les civils, il colle à la paroi des poumons, il est absorbé par les cellules du système immunitaire et se retrouve dans les ganglions lymphatiques, les os, le cerveau, les glandes productrices d’hormones, les ovaires et les testicules. Il reste dans ces organes pendant de nombreuses décennies et est seulement très lentement excrété dans l’urine« .

La nébulisation traite les tissus pulmonaires par voie transdermique permettant le meilleur effet sur les tissus pulmonaires contaminés.

J’ai eu le plaisir au cours de ces années, d’apprendre par certains des médecins les plus intelligents et par des scientifiques, sur la chélation des métaux lourds et sur l’ouverture des voies de détoxification. La personne qui a remporté le prix Nobel dans le domaine de la chélation, le savant ayant le plus grand génie, surtout quand il s’agit de chélation du mercure, est le Dr. Chris Shade. Il a développé un système de détoxification sophistiqué, basé sur le renforcement de l’élimination naturelle des métaux dans les intestins.

Bien que sa spécialité soit le mercure, la détoxification et la chélation des poisons radioactifs utilisent les mêmes voies que le mercure. Il a développé trois produits qui sont efficaces pour l’élimination du mercure, y compris une formule de liposome qui nous permet d’obtenir du glutathion dans l’organisme via l’administration par voie orale. (Pour plus de renseignements ou pour passer commande des produits du Dr. Shade je ne dispose que d’un numéro de téléphone : 1 – 866-257-8168, vous parlerez à Karen)

La combinaison de ses formules avec le HMD (Heavy Metal Detox – Détoxification des Métaux Lourds) du Dr. George Georgiou, un autre génie médical, nous donne, à mon avis, la meilleure formule médicale possible, pour aider à éliminer la contamination radioactive aussi efficacement que l’iode, le chlorure de magnésium, une formule de super-aliment à base de spiruline comme Rejuvenate et d’argile comestible sont aussi bien utilisés. Rejuvenate est une formule puissante riche en chlorophylle qui est facile à administrer en grandes quantités en raison de son goût particulièrement agréable. Les niveaux intenses en ARN contenus dans Rejuvenate, contribuent rapidement à renforcer le système immunitaire d’une personne et l’aide à se remettre des dommages causés à l’ADN par l’exposition aux radiations.

Tableau 1: Pourcentage d’augmentation moyenne au niveau des métaux toxiques et la référence dans l’échantillon des cheveux après la prise du Protocole Ultime de Détoxification HMD™.

% D’augmentation moyenne des métaux lourds avec l’échantillon de cheveux, avant et après.

N.B. : Les niveaux de béryllium sont très insignifiants dans cet échantillon de patients, avant et après.

Il est intéressant de voir que l’uranium-238 est éliminé dans les cheveux, en utilisant le protocole HMD ; à ce jour il n’y a pas d’agent chélateur naturel connu pour mobiliser et éliminer l’uranium-238 à partir des tissus de l’organisme. Le HMD est le seul produit de chélation que j’ai vu, qui a effectivement été testé, et qui a démontré son efficacité contre la toxicité de l’uranium.

Le HDM de Coriandre déplacera les métaux lourds et les matières radioactives des cellules dans les voies de détoxication, avec l’IMD du Dr. Chris Shade (Intestinal Metal Detox) en agissant efficacement sur les voies concernées pour obtenir le meilleur résultat à travers les intestins. La consommation interne d’argile comestible et l’application d’argile par voie externe facilite considérablement ce processus. Les bains d’argile sont un moyen très efficace d’éliminer les métaux lourds du corps et ils augmentent les chances de survie si les personnes sont exposées aux retombées nucléaires.

L’iode

L’iode est l’élément le plus évident et important dans la protection contre les dommages causés par les radiations. L’iode radioactif plonge dans tous les récepteurs d’iode concernés qui n’ont pas d’iode à disposition, à cause d’une carence en iode. C’est un problème grave, car plus de 90 pour cent des personnes en Amérique du Nord, selon le Dr. David Brownstein, sont des carencées en iode. Cela les laisse très vulnérables à l’iode radioactif, qui est l’une des principales formes de radiations émises dans le cadre des accidents nucléaires et dans celui des armes nucléaires.

Dans un article différent et séparé figurent des vidéos d’une interview que j’ai faite aujourd’hui avec le Dr. Brownstein, et beaucoup d’informations importantes sur la supplémentation en iode comme moyen de défense essentielle contre la contamination radioactive et les dommages y sont présentes.

Cocktails Intraveineux

En cas d’exposition grave, des cocktails IV comprenant des doses élevées de vitamine C, de chlorure de magnésium ou de sulfate, de bicarbonate de sodium et d’eau de mer complète et très pure comprenant tous les minéraux nécessaires à la vie serait l’idéal.

Le Dr. David Brownstein administre de la vitamine C par voie IV, lentement, goutte à goutte, généralement de 25 à 50 g, avec des minéraux, et il ajoute 10cc de bicarbonate de sodium. L’ajout de bicarbonate à la voie IV a apporté une énorme amélioration clinique. Il ajoute aussi 1 cc de bicarbonate à tous les Myers cocktail IV, qui selon lui, est « un grand plus ».

Les Éléments Nutritifs en Cas de Secours

La Spiruline et la Chlorella ont été largement utilisées par les Russes après la catastrophe de Tchernobyl. Et les Japonais aiment leur soupe Miso, qui est réputée pour aider certains de leurs citoyens à survivre aux retombées radioactives, après que les Américains aient attaqué deux de leurs villes. C’est pourquoi je recommande Rejuvenate en fortes doses en raison de sa forte teneur en Spiruline et en Chlorella ; et parce qu’il agit tel un carburant de fusée raffiné au niveau des cellules, en leur fournissant une vaste gamme de nutriments concentrés.

Tan Koon Peng de Singapour écrit : « Le Miso est efficace pour détoxifier votre corps des radiations. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, deux hôpitaux qui étaient situés côte à côte ont été touchés par des rayonnements ionisants, dans un hôpital, des personnes ont consommé du Miso, et tous ont survécu, alors que beaucoup de gens dans l’autre hôpital, qui n’ont pas pris de Miso sont morts. Le Miso est riche en vitamine B, et il est donc adapté aux végétariens qui sont en manque de vitamine B. Afin d’obtenir de meilleurs résultats, ne pas cuire le Miso ».

L’herboriste Brigitte Mars déclare:

« Il existe un certain nombre d’aliments qui peuvent aider notre corps à mieux tolérer les effets de la pollution. Manger ce qui se situe dans le bas de la chaîne alimentaire réduit notre consommation de produits chimiques. Consommer davantage de graines complètes et entières constitue une multitude d’avantages. Leur haute teneur en fibres se lie aux toxines et cela diminue le délai du transit intestinal. Leur teneur en vitamine B6 nourrit la glande thymus, et leur teneur en vitamine E aide le corps à mieux utiliser l’oxygène. Le sarrasin est riche en rutine, et aide à protéger contre les radiations, puis stimule la production de la moelle osseuse. La fibre contenue dans les algues mucilagineuses contribue à prévenir la réabsorption du strontium-90 radioactif« .

« Après le bombardement de Nagasaki, un groupe de survivants médecins macrobiotiques et leurs patients ont évité la maladie des radiations en mangeant du riz brun, du Miso et des algues. Ils n’ont pas non plus contracté la leucémie. Les algues aident aussi à briser les dépôts de graisses. Les aliments riches en chlorophylle, tels que l’herbe d’orge et l’agropyre renforcent les cellules, transportent l’oxygène, aident à détoxifier le sang et le foie, puis aident à neutraliser les éléments polluants et stimulent la production d’ARN. Les légumes riches en soufre comme le brocoli, le chou et les feuilles de moutarde se combinent avec les métaux lourds et aident à prévenir les dommages causés par les radicaux libres« , dit Mars.

Le Dr. Shade a commenté sur ce qui précède, et il a dit : « Dans la dernière phrase de Brigitte Mars, un ami local mentionne effectivement la famille du brocoli. Une mauvaise compréhension, mais normale, est rappelée ici – à savoir que les composés du soufre dans la famille du brocoli, lient les métaux lourds. En fait, les composés soufrés déclenchent une action accrue de votre organisme incluant le glutathion, ce qui conduit à la fois, à la détoxification des métaux lourds, et à la neutralisation des radicaux libres. L’autre groupe de composés alimentaires qui effectue également cela sont les antioxydants polyphénoliques – le thé d’extrait d’écorce de pin, l’extrait de thé vert, l’extrait de pépins de raisin, et mon préféré l’Haritaki ou le Terminalia Chebula, un fruit ayurvédique qui est la base de nombreux médicaments, y compris les détoxifiants intestinaux Triphala. Ce fruit est largement utilisé dans la médecine Tibétaine, où il est décrit comme étant détenu par la médecine de Bouddha, et est appelé la « Reine des Plantes ». Il possède de puissants effets sur le système du glutathion et des antioxydants intracellulaires, ainsi que d’autres comme la superoxyde dismutase. L’Haritaki est l’une des superpuissances dans Clear Way. Clear Way comprend également d’autres polyphénols tels que l’écorce de pin, de grandes quantités d’extrait de racine de pissenlit pour le nettoyage du foie, de l’iode et des minéraux naturels d’extrait de fucus (ou de ce qui est connu sous le nom de bladderwrack, un légume de mer), il est aussi chélateur de métaux lourds ainsi que l’acide R-lipoïque, un super antioxydant, le Gotu Kola (centella asiatique), Bacopa Monniera qui est un protecteur des nerfs, et les vitamines B1, B5 et B6.

Des recherche sur des animaux indiquent que la curcumine (un antioxydant et composé anti-inflammatoire contenu dans l’épice curcuma curry) peut aider à protéger contre les dommages radio-induits à la peau. D’autres recherches sur des animaux montrent que la plante ginkgo biloba peut aider à protéger contre des lésions organiques résultant de la radiothérapie. Et l’aloe vera est souvent présentée comme un remède naturel contre le rayonnement induit par les changements de peau, prévient ou minimise les réactions cutanées dues aux effets radio-induits.

SOURCE : https://blog.imva.info/medicine/treatments-nuclear-contamination

Ty Bollinger

Remarque importante: Je ne suis pas un médecin. Tout le contenu de cette lettre d’information est un commentaire ou une opinion et est protégé en vertu des lois sur la liberté d’expression dans tout le monde civilisé. Les informations contenues dans ce document sont destinées à des fins éducatives seulement. Il n’est pas conçu comme un substitut pour le diagnostic, le traitement ou les conseils d’un professionnel agréé qualifié. Les faits présentés sur ce site et dans le livre sont offerts à titre d’information uniquement, ce ne sont pas des conseils médicaux, et en aucune façon on ne devrait considérer que je suis pratiquant en médecine. Un effort délibéré a été fait pour que les informations présentes soient à la fois exactes et véridiques. Cependant, je n’assume aucune responsabilité pour les éventuelles inexactitudes dans mon matériel de source, pas plus que je assume la responsabilité de la façon dont ce matériel est utilisé. Toute déclaration concernant les traitements alternatifs pour le cancer n’a pas été évaluée par la FDA.

Laisser un commentaire

*