Une chimio de « Seconde main » ?

Home/Non classé/Une chimio de « Seconde main » ?

N’avez-vous jamais lu Alice au pays des merveilles ? Vous rappelez-vous le Chapelier « Mad? » Saviez-vous que le terme «fou comme un chapelier» provient d’une maladie particulière à l’industrie de la fabrication des chapeaux dans les années 1800 ? Un ensemble complexe de processus était nécessaire pour tourner la fourrure dans un chapeau terminé. Avec les moins chères des fourrures, une première étape a été de brosser une solution d’un composé de mercure sur la fourrure afin de poncer les fibres. Cela a causé aux chapeliers de respirer les vapeurs de ce métal hautement toxique, conduisant à une accumulation de mercure dans les organes du chapelier. Il en est résulté une tremblante (connue sous le nom de secouage des «chapeliers»), troubles de l’élocution, perte de coordination, de l’anxiété, des changements de personnalité, la dépression et la perte de mémoire. Cela devint connu comme «Mad Hatter syndrome», et est encore utilisé aujourd’hui pour décrire l’empoisonnement au mercure.

Avançons rapidement de 200 ans, et concentrons-nous sur les pharmaciens plutôt que sur les chapeliers …

Il y a quelques semaines (le 10 Juillet 2010), le Seattle Times a rapporté l’histoire de Sue Crump, une pharmacienne de vingt ans d’ancienneté qui a passé beaucoup de temps à délivrer des médicaments de chimiothérapie. Sue est décédée en Septembre d’un cancer du pancréas, et une de ses dernières volontés, c’est que la vérité soit racontée comment son «exposition sur le lieu de travail» à la chimiothérapie toxique a causé son propre cancer. Mais je ne suis pas surpris, l’êtes-vous ? Après tout, l’un des effets secondaires de la chimiothérapie est qu’il cause le cancer ! Vous pouvez avoir entendu dire que les gens qui vivent dans des maisons de verre ne devraient pas y jeter des pierres. Eh bien, tout comme les chapeliers qui sont devenus fous contre le mercure, peut-être quand il s’agit de chimio », les pharmaciens qui dispensent le poison ne doivent pas être surpris si un jour la chimio les tue. »

https://seattletimes.nwsource.com/html/localnews/2012327665_chemo11.html?syndication=rss

Le Dr Glenn Warner, qui est décédé en 2000, fut l’un des spécialistes du cancer les plus hautement qualifiés aux États-Unis. Il a utilisé d’autres traitements sur ses patients atteints de cancer avec un grand succès. Sur le traitement du cancer dans ce pays, il a déclaré : «Nous avons une industrie de plusieurs milliards de dollars qui tue des gens, à droite et à gauche, juste pour le gain financier. Leur idée de la recherche est de voir si deux doses de ce poison est meilleure que trois doses de ce poison.  »

Le Dr Alan C. Nixon, ancien président de l’American Chemical Society écrit : «En tant que chimiste de formation pour interpréter les données, il est incompréhensible pour moi que les médecins ne puissent ignorer la preuve manifeste que la chimiothérapie fait beaucoup, beaucoup plus de mal que de bien. » Et Selon le Dr Charles Mathé, spécialiste du cancer français, « Si je contracte le cancer, je n’irai jamais dans un centre de traitement standard du cancer. Seules les victimes du cancer qui vivent loin de ces centres ont une chance.  »

À vrai dire, si vous avez un type de cancer et que vous vous permettiez d’être injecté avec une chimiothérapie, vous aurez souvent à développer un autre type de cancer à la suite. L’oncologue en sera vraisemblablement à prétendre avoir guéri votre cancer initial, même si vous développez un deuxième ou troisième cancer causés directement par la chimiothérapie utilisée pour ‘le traiter‘. Si nous regardons cela à partir d’un point de vue purement économique et larguons toute morale et éthique, ceci est une décision d’affaires plutôt bonne, n’est-ce pas ? Je veux dire, il n’y a rien de pire pour causer le cancer que la chimiothérapie pour dynamiser l’activité et la répéter, hein ?

J’ai entendu dire que la chimiothérapie TUE plus de patients qu’elle n’en n’épargne. Regardez les photos ci-dessous de Patrick Swayze, avant et après la chimiothérapie …

La toxicité de la chimiothérapie a été longtemps ignorée par presque tout le monde, de la médecine jusqu’au gouvernement fédéral. Elle a toujours été considérée comme «sûre» juste parce que c’est utilisé comme une sorte de « médicament » pour traiter le cancer. C’est un mensonge.

La vérité est que la chimiothérapie est toxique, cancérigène (provoque le cancer), détruit les érythrocytes (globules rouges), dévaste le système immunitaire, et tue les organes vitaux.

Comment la chimiothérapie peut-elle être toxique ? Pensez-y … vos cheveux tombent, votre système immunitaire est détruit, vous éprouvez constamment des nausées, vous tombez malade et avez envie de vomir, vous avez souvent des vertiges, et vous avez des maux de tête sévères. Cela sont des signes que peut-être ce genre de choses est un poison et ne fait pas partie de votre corps ? Je ne suis pas médecin, mais cela vous semble être une façon très étrange de « guérir » quelqu’un.

La chimiothérapie est un dérivé du gaz moutarde utilisé durant la Première Guerre mondiale comme le Seattle Times l’a rapporté, « Une étude vient d’être complétée par les’Centers for Disease Control’ américains (10 ans dans la fabrication, et la plus importante à ce jour) confirme que la chimio continue à contaminer les espaces de travail où elle est utilisée et, dans certains cas est toujours en cours dans l’urine de ceux qui y ont fait face …  »

Pourtant, les médicaments de chimiothérapie (comme le tamoxifène) sont couramment utilisées pour «traiter» le cancer du sein, même si l’Organisation mondiale de la Santé a déclaré le tamoxifène comme étant un agent cancérigène « connu » en 1996. Le niveau du charlatanisme dans l’industrie du cancer est étonnant. La chimiothérapie ne fonctionne pas dans un autre domaine que celui de causer le cancer! Si vous avez un cancer et envisagez la chimiothérapie, s’il vous plaît posez-vous cette question d’une importance vitale : Si la chimiothérapie provoque le cancer, comment peut-on traiter le cancer ?

J’adore cette citation de Mike Adams : «Le traitement du cancer avec la chimiothérapie est comme le traitement de l’alcoolisme à la vodka. C’est comme le traitement des maladies cardiaques avec du fromage, ou comme e traitement du diabète avec le sirop de maïs riche en fructose. Le cancer ne peut être guéri par la chose même qui le provoque. Ne laissez pas certains médecins traitant le cancer vous parlez de chimiothérapie à l’aide de ses tactiques de peur. Ils sont bons à cela. Alors, la prochaine fois, il insistera sur le fait que vous preniez certains traitements de chimiothérapie, demandez-lui de boire le en premier. Si votre oncologue n’est pas prêt à boire la chimiothérapie en face de vous, pour vous prouver qu’elle est sécuritaire, pourquoi diable voulez-vous donner votre accord pour la faire injecter dans votre corps ? »

Ty Bollinger

Remarque importante: Je ne suis pas un médecin. Tout le contenu de cette lettre d’information est un commentaire ou une opinion et est protégé en vertu des lois sur la liberté d’expression dans tout le monde civilisé. Les informations contenues dans ce document sont destinées à des fins éducatives seulement. Il n’est pas conçu comme un substitut pour le diagnostic, le traitement ou les conseils d’un professionnel agréé qualifié. Les faits présentés sur ce site et dans le livre sont offerts à titre d’information uniquement, ce ne sont pas des conseils médicaux, et en aucune façon on ne devrait considérer que je suis pratiquant en médecine. Un effort délibéré a été fait pour que les informations présentes soient à la fois exactes et véridiques. Cependant, je n’assume aucune responsabilité pour les éventuelles inexactitudes dans mon matériel de source, pas plus que je assume la responsabilité de la façon dont ce matériel est utilisé. Toute déclaration concernant les traitements alternatifs pour le cancer n’a pas été évaluée par la FDA.

juillet 29th, 2010|Tags: , |

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.